Sélectionner une page
Accueil » Pour vous » Accompagnement à la transformation » La Communication NonViolente

La communication NonViolente .

PUBLIC

Dirigeants, manager, équipe

+

TAILLE DE GROUPE

À partir de 2 personnes

Durée

Une à deux
journées

lieu

Chez Semawe
ou en entreprise

En quoi cette pratique consiste-t-elle ?

La Communication NonViolente (CNV) est un mode de communication pragmatique, efficace, qui permet d’être clair.e dans votre expression et de recevoir avec empathie et discernement les messages que vous recevez.

Cette méthode inventée par Marshall Rosenberg dans les années 70 aux Etats-Unis est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et d’un mode de compréhension des autres qui servent à :
– se libérer du conditionnement culturel ancré dans la culpabilité et les rapports de force, en discordance avec la manière dont les individus veulent vivre leur vie..
– acquérir le pouvoir de se mettre en lien avec soi-même et autrui de façon à communiquer naturellement à partir de son cœur, en activant la capacité de chacun.e à entrer en empathie avec son interlocuteur.rice.

 

Le processus de Communication NonViolente peut être utilisé de trois manières :

  • communiquer avec soi-même pour clarifier ce qui se passe en soi (auto-empathie) ;
  • communiquer vers l’autre d’une manière qui favorise la compréhension et l’acceptation du message (expression authentique) ;
  • recevoir un message de l’autre, l’écouter d’une manière qui favorise le dialogue quelle que soit sa manière de s’exprimer (empathie).

Quels en sont les bénéfices pour votre organisation ?

Cette méthode de communication favorise des relations d’équipe apaisées, coopératives et constructives. Positive et bienveillante, elle évite l’émission de jugements, de critiques et de reproches rendant la communication tendue voire contre-productive. Elle représente également approche pour développer un leadership inspirant !

Savoir écouter, prendre du recul, faire confiance et accepter de se remettre en question est une façon de prendre soin de soi et du collectif, et de prévenir ou résoudre les situations conflictuelles. Elle permet précisément :

 

  • D’assumer ses émotions, car notre analyse d’autrui est en fait l’expression de nos propres besoins et sentiments.
  • D’éviter de cataloguer, car juger les autres favorise la violence. Les comparaisons sont une forme de jugement également.
  • Remplacer le langage impliquant une absence de choix par un langage reconnaissant notre choix.
  • Conscientiser nos actes, nos pensées et nos sentiments.
  • Apprendre à faire la différence entre ce qui nous appartient en tant qu’individu et ce que les autres viennent déclencher chez nous.

Notre rôle de facilitation

La personne qui facilite un atelier CNV accompagne le groupe ou l’individu à travers 4 étapes :

1 – Observer les faits sans évaluer
Le rôle de facilitation consiste à aider les personnes à distinguer observation et évaluation, car le risque est que l’interlocuteur.rice entende une critique. Dans ce cas, il tentera de résister à ce qu’on lui dit.

2 – Identifier et observer ses émotions
Il s’agit de faire une distinction entre sentiments et interprétations. Le facilitateur ou la facilitatrice doit clarifier les prises de parole : décrire un sentiment ce n’est pas dire “je sens que”, car dans ces cas-là la personne exprime une pensée plutôt qu’un sentiment.

3 – Exprimer son besoin
Les actions ou le comportement de l’interlocuteur.rice ne peuvent pas être la cause de notre ressentiment. Le facilitateur ou la facilitatrice veille à ce que la personne ne porte pas de jugement sur les actions menées, pour éviter le risque de provoquer de la culpabilité chez l’autre.
A cette étape, la personne doit exprimer quel besoin profond est contrarié chez elle.

4 – Formuler une demande concrète et positive
Dernière étape, la personne formule une demande. Le facilitateur ou la facilitatrice doit veiller à ce que cette demande ne soit pas une exigence car cela risquerait de provoquer un comportement de révolte ou bien de soumission chez l’interlocuteur.rice. Si l’interlocuteur.rice entre en empathie avec le besoin, c’est que la demande en était bien une. S’il ou elle critique, juge ou culpabilise, c’est que la demande était une exigence.

Notre intervention dans votre organisation

1/ Formation
Une formation permet de découvrir et d’expérimenter en groupe les grandes étapes de la Communication NonViolente pour mieux se connaître, mieux écouter, mieux s’exprimer. Sur des ateliers plus longs, vous pouvez expérimenter la façon dont la Communication Nonviolente permet de mieux recevoir les messages et désamorcer ce qui peut devenir conflictuel.

2/ Coaching
Dans une approche de type coaching, nous utilisons souvent l’approche de la Communication NonViolente car elle permet à l’individu de mieux s’assumer, de modifier sa posture et d’exercer réellement son empathie. De cette façon le coaché peut progresser vers une posture de leadership inspirant, soutenant, sans les inconvénient d’une management affectif.

3/ Feedback / Supervision
Pour des personnes déjà formées, expérimentées ou accompagnées en coaching sur la Communication NonViolente, nous proposons des accompagnements en supervision avec une pratique du feedback permettant de progresser dans sa posture, dans sa lecture des situations.

Expériences :

Semawe pratique la Communication NonViolente en équipe, elle en a fait un outil clé de sa communication interne

Sarah Dantz - Semawe

Sarah
vous fait expérimenter l’outil en équipe et détermine :

Besoin

Date

Tarif

Lieu

Contact

04 86 65 26 22
sarah@semawe.fr

Ces prestations pourraient vous intéresser

$

Retour aux prestations d’accompagnement

Accompagnement

Écoute active

Accompagnement

Feedback