Sélectionner une page

Dans un entretien avec Luc Bretones, (Organisateur de l’événement “The NextGen Enterprise Summit” Président de l’Institut G9+, Think tank pluriel et apolitique, au service du développement du Numérique en France.) Aliocha Iordanoff partage son expérience de gérant d’une SCOP. Il explique l’importance de mettre en cohérence le statut de l’entreprise et la pratique interne d’une gouvernance en cercle : Holacratie. 

 Extrait de l’article :

En 2017, Semaweb devient Semawe et s’implante à Grenoble. Dans sa logique de gouvernance partagée, l’entreprise change de statut en 2018, passant de la SASU à la SCOP. Cette transformation était une évidence, une façon d’être en cohérence avec les pratiques internes de l’entreprise. Les 6 associés, dont 4 femmes, agissent avec la volonté de partager leur expérience, une manière de porter la bonne parole.

La SCOP a récemment décidé d’une gouvernance holacratique.

“Nous avons fait le choix plein et entier de signer la constitution holacratique et de l’appliquer de manière assez littérale”.

Une volonté d’explorer : “Nous allons tester l’outil jusqu’à ce que l’on en trouve les limites” affirmait Aliocha lors du meet-up “futur du travail” organisé par Holaspirit et Happywork à l’Hôtel de l’Industrie le 4 juillet dernier. Au-delà de la méthodologie, l’organisation de Semawe est un choix des associés, libres et responsables d’entreprendre ce qu’ils jugent bénéfique pour l’entreprise.