Sélectionner une page
Lecture : 7 minutes

Traduction de l’article de Chris Cowan : https://blog.holacracy.org/holacracys-core-roles-constitution-v5-0-for-modular-adoption-bb71d2ca1b11

La version 5.0 de la constitution Holacracy vous donne la possibilité d’adopter les règles article par article. Cette approche modulable permet une certaine souplesse d’adoption, mais il est un peu plus difficile de fournir des réponses concises à des questions telles que « Que fait un leader de cercle dans Holacracy v5.0 ? », car cela dépend des articles adoptés par l’organisation.

 

La répartition des attentes et des pouvoirs

Dans la version 5.0 de la constitution, les rôles fondamentaux de leader de cercle, de facilitateur, de secrétaire et de représentant de cercle ne sont plus des rôles définis de manière singulière. En d’autres termes, les attentes et les pouvoirs qui les définissent sont désormais répartis dans chacun des cinq articles, les différents éléments étant « mis en œuvre » lorsque l’article correspondant est adopté.

La liste suivante est ma réponse soigneusement organisée à cette question pour chaque rôle clé, avec toutes les mises en garde et notes pertinentes, et avec les importantes citations constitutionnelles (par exemple, §3.2) pour vous donner des indications sur le moment de mise en œuvre de chaque élément.

 

  1. Le leader de cercle
  2. Le facilitateur
  3. Le secrétaire
  4. Le représentant du cercle

Le leader de cercle

Remarque : Un cercle ne peut pas modifier la raison d’être du rôle de leader de cercle, ni le supprimer. Un cercle peut ajouter des redevabilités ou des domaines au rôle de leader de cercle, puis supprimer ces ajouts. Cependant, tout ajout s’applique automatiquement au rôle de leader de cercle de chaque sous-cercle. Un cercle ne peut pas ajouter des redevabilités ou des domaines uniquement à son propre rôle de leader de cercle, ou tout autre élément uniquement pertinent au sein de ce cercle.

—-

En outre, un cercle peut supprimer toute redevabilité, tout domaine, toute autorité ou toute fonction de son propre rôle de leader de cercle. Il peut le faire soit en les confiant à un autre rôle du cercle, soit en définissant un autre moyen de les mettre en œuvre. Ce faisant, il retire automatiquement l’autorité ou l’élément concerné du rôle de leader de cercle, tant que la délégation reste en place (§1.4.5).

Raison d’être : Il est le garant de la raison d’être générale du cercle. Article 1 (§1.4)
Domaine* : Il se charge de l’attribution et de l’orientation des rôles. Article 1 (§1.4.1)

*Remarque : à proprement parler, la constitution n’appelle pas cela un domaine, mais les règles de la section 1.4.1, « Attribution des rôles », indiquent clairement que le leader du cercle détient le contrôle (à moins qu’ils ne soient délégués à un autre rôle ou à un autre processus), tout comme il le ferait pour un domaine.

Redevabilité : Il est chargé de toutes les redevabilités du cercle, sauf si elles sont couvertes par d’autres rôles ou processus au sein du cercle. Article 1 (§1.4)
Redevabilité : Il est automatiquement considéré comme le leader de rôle de tous les rôles non remplis au sein du cercle. Article 1 (§1.4.2)
Redevabilité : Il est automatiquement considéré comme le leader de rôle lorsqu’un rôle est rempli uniquement par des personnes qui ne sont pas des associés de l’organisation. Article 1 (§1.4.2)

Autorité additionnelle* : Un leader de cercle peut juger de la valeur relative des efforts potentiels du cercle pour résoudre les conflits de priorité entre les rôles. Il peut également définir une « stratégie » pour le cercle, ou plusieurs stratégies, qui sont des heuristiques guidant la hiérarchisation des priorités dans le cercle. Article 1 (§1.4.3)

*Remarque : il ne s’agit pas de redevabilités (c’est-à-dire d’activités permanentes attendues de la part du rôle), mais plutôt de pouvoirs supplémentaires et facultatifs que le rôle peut exercer, mais il n’est pas tenu de le faire. Il s’agit d’une différence par rapport à la constitution v4.1 dans laquelle le « Leader de Cercle » est responsable de ce travail.

Autorité additionnelle : Lorsque la gouvernance à l’extérieur du cercle fait référence au cercle lui-même ou à un rôle dans le cercle, un leader de cercle peut mettre à jour cette référence pour faire plutôt référence à un autre rôle dans le cercle. Cette clarification n’est pas considérée comme un changement de la gouvernance de ce cercle. Article 1 (§1.4.4)

Autorités additionnelles :

Remarque : Ces autorités additionnelles sont particulièrement pertinentes si l’article 1 est le seul article adopté. Veuillez également noter qu’à mesure que chacun des articles suivants sera ratifié, les autorités énumérées seront retirées du rôle de leader de cercle.

  • Si l’article 2 n’est pas adopté, les leaders de cercle peuvent préciser les devoirs d’un associé en matière de coopération avec les autres lorsqu’il travaille au sein de son cercle, sauf indication contraire d’un leader de cercle plus large ou des ratifications.
  • Si l’article 3 n’est pas adopté, l’organisation conservera ses habitudes de réunion actuelles, jusqu’à ce qu’un leader de cercle en décide autrement, ou jusqu’à ce qu’un leader de cercle plus large ou les ratificateurs de la constitution en décident autrement.
  • Si l’article 4 n’est pas adopté, les leaders de rôle doivent aligner toutes leurs actions et décisions sur les conseils ou orientations donnés par un responsable de cercle de leur cercle ou de tout cercle plus large, sauf indication contraire d’un responsable de cercle plus large ou des ratifications.
  • Si l’article 5 n’est pas adopté, les leaders de cercle peuvent exclusivement modifier la gouvernance au sein de leur cercle à tout moment ou permettre à d’autres de le faire, et résoudre tout conflit d’interprétation de la gouvernance de leur cercle, sauf indication contraire d’un leader de cercle plus large ou des ratificateurs de la constitution.

    Le facilitateur

    Remarque : Un cercle peut ajouter des redevabilités ou des domaines à son propre rôle de facilitateur, ainsi que modifier ou supprimer ces ajouts. Aucun cercle ne peut modifier ou supprimer la raison d’être du rôle, ni les redevabilités ou domaines attribués au rôle par la constitution (§1.3.5).

    Raison d’être : Une gouvernance et des pratiques opérationnelles conformes à la constitution. Article 1 (§1.3.5)
    Autorité additionnelle : Toute personne qui facilite une réunion ou un processus pour l’organisation peut également faire appliquer tout accord relationnel au cours de cette réunion ou de ce processus, pour autant qu’il n’entre pas en conflit avec ce qui est défini dans la constitution. Article 2 (§2.4)
    Redevabilité : Faciliter les réunions tactiques régulières du cercle. Article 3 (§3.2)
    Redevabilité : Faciliter le processus de gouvernance du cercle.* Article 5 (§5.1.2)

    *Remarque : Les sections 5.3 et 5.4 comprennent plusieurs règles plus spécifiques qui s’appliquent au facilitateur pendant la facilitation du processus de gouvernance. Ces règles concernent notamment la vérification des objections (par exemple, « Le facilitateur doit vérifier une objection si un membre du cercle le demande ») et la facilitation du processus d’élection intégrative, pour ne donner que deux exemples.

    Redevabilité : Déclencher de nouvelles élections pour les rôles élus du cercle après l’expiration de chaque mandat électoral. Article 5 (§5.3.5)
    Redevabilité : Auditer les réunions et les dossiers d’un sous-cercle pour rechercher une éventuelle rupture de processus et la déclarer si elle est découverte, à la demande de tout associé concerné. Article 5 (§5.5)

    Autorité supplémentaire : Le facilitateur détient une autorité pour déclarer une rupture de processus.

    Remarque : En plus de celles listées ci-dessous, si une rupture de processus a été déclarée, le facilitateur acquiert des pouvoirs et des redevabilités temporaires pour restaurer le processus. Celles-ci sont détaillées dans la section §5.5.2.

    • Il doit déclarer une rupture de processus dans son cercle ou un sous-cercle lorsque celui-ci présente un modèle de comportement ou de production qui viole les règles de la constitution. Article 5 (§5.5)
    • Doit déclarer une rupture de processus si une proposition de gouvernance ne parvient pas à être résolue après que les personnes impliquées aient consacré un temps et des efforts raisonnables à sa résolution. Article 5 (§5.5.1)

      Le secrétaire

      Remarque : Un cercle peut ajouter des redevabilités ou des domaines à son propre rôle de secrétaire, ainsi que modifier ou supprimer ces ajouts. Aucun cercle ne peut modifier ou supprimer la raison d’être du rôle, ni les redevabilités ou domaines attribués au rôle par la Constitution (§1.3.5).

      Raison d’être : Gérer les réunions et les registres qui sont requis par la constitution. Article 1 (§1.3.5)

      Redevabilité : Fixer des réunions tactiques régulières pour le cercle. Article 3
      Redevabilité : Capturer et publier les résultats des réunions tactiques (pour toutes les réunions programmées). Article 3 (§3.2)
      Redevabilité : Résoudre les conflits d’interprétation de la constitution et de tout ce qui relève de son autorité, sur demande. Article 4 (§4.2.1)
      Redevabilité : Se prononcer sur la validité de toute gouvernance au sein du cercle ou du sous-cercle sur demande, puis annuler toute gouvernance invalide s’il a conclu qu’elle violait les règles de la constitution ; et après l’avoir fait, communiquer rapidement ce qu’il a annulé et pourquoi à tous les associés remplissant des rôles au sein de ce cercle. Article 4 (§4.2.2)
      Domaine : Les documents de gouvernance du cercle. Article 5 (§5.1.2)
      Redevabilité : Fixer des réunions de gouvernance régulières et également des réunions de gouvernance spéciales à la demande de tout membre du cercle. Article 5 (§5.4)
      Redevabilité : Capturer et publier les résultats du processus de gouvernance du cercle.* Article 5 (§5.1.2)

      *Remarque : La section 5.4.5 comprend quelques règles plus spécifiques qui s’appliquent au secrétaire pendant une réunion de gouvernance, comme l’interprétation de la validité d’une proposition à la demande du facilitateur, ou la lecture de la proposition pendant une question de clarification si un participant le demande.

      Autorité additionnelle : Définir le ou les canaux de communication approuvés utilisés pour modifier la gouvernance du cercle. Article 5 (§5.3)

        Le représentant du cercle

        Remarque : L’élection d’un représentant de cercle n’est pas déclenchée automatiquement lors de la première réunion de gouvernance du cercle. Au contraire, toute personne peut demander l’élection ou la réélection à tout moment. En outre, un cercle peut ajouter des redevabilités ou des domaines à son propre rôle de représentant de cercle, ainsi que modifier ou supprimer ces ajouts. Aucun cercle ne peut modifier ou supprimer la raison d’être du rôle, ni les redevabilités qui lui sont attribuées par la constitution (§5.1.1).

        Raison d’être : Les tensions relatives au processus dans un cercle plus large y sont apportées et traitées. Article 5 (§5.1.1)

        Redevabilité : Chercher à comprendre les tensions véhiculées par les leaders des rôles au sein du cercle. Article 5 (§5.1.1)
        Redevabilité : Discerner les tensions qu’il est pertinent de traiter au sein d’un cercle plus large qui contient le cercle. Article 5 (§5.1.1)
        Redevabilité : Traiter les tensions au sein d’un cercle plus large afin de lever les contraintes qui pèsent sur le cercle. Article 5 (§5.1.1)

        Autorité additionnelle : Le Représentant de Cercle élu devient un Membre de Cercle de tout Cercle contenant ce Cercle, avec l’autorité pour y représenter son Cercle, tout comme un Leader de Cercle. Article 5 (§5.1.1)

          Vous voulez en savoir plus sur Holacracy ?

          Retrouvez notre guide de démarrage en Holacracy.

            À lire aussi .

            4 règles d’or pour améliorer votre prise de décision

            4 règles d’or pour améliorer votre prise de décision

            Lecture : 6 minutes Dans cet article, Chris Cowan vous livre 4 règles d’or pour améliorer votre prise de décision. Il s’intéresse aux décisions délibératives et vous révèle 4 heuristiques sous forme de questions à vous poser pour vous permettre de prendre des décisions de meilleure qualité.

            5 questions sur l’adoption d’Holacracy

            5 questions sur l’adoption d’Holacracy

            Lecture : 6 minutes Adopter l’Holacracy : ça se passe comment ? ça s’adresse à qui ? Sous forme de questions-réponses cet article explore l’accompagnement à l’adoption du système de gouvernance Holacracy.