Lecture : 3 minutes

L’Approche Centrée Solution est une démarche axée sur la recherche de solutions plutôt que sur la résolution des problèmes

Animée par la volonté de progresser dans nos pratiques d’accompagnement individuel et d’ajuster davantage notre posture d’accompagnant, l’équipe de Sémawé vient de se former à l’Approche Centrée Solutions (ACS). Guidée par l’expertise joyeuse d’Agnès Muir Poulle de l’entreprise Maraé, nous avons plongé dans cette approche qui renverse la culture de la relation d’accompagnement.

Résoudre un problème ou trouver une solution ?

À priori, préférer la recherche de solutions à la résolution des problèmes semble au mieux relever d’une subtilité sémantique, au pire être, franchement cosmétique. La résolution des problèmes n’implique-t-elle pas, de fait, la recherche de solutions ? L’approche classique qui vise à vouloir résoudre un problème implique une exposition complète du problème et un travail d’analyse qui en explore les causes. Une exploration qui “mijote dans l’espace du problème”. Une exploration qui peut être longue et pesante. A son issue, l’énergie du changement n’est parfois plus là. En axant sa posture sur la recherche de solutions, l’accompagnant s’appuie sur ce qui fonctionne déjà et cherche à l’amplifier. L’échange rend visible un état souhaité ou désiré. Visualiser cet état et changer sa propre représentation de la réalité, activent des leviers qui donnent l’élan de changer. C’est cette énergie au service du changement qui est cultivée puis mobilisée.

    Au coeur des thérapies brèves

    Les théoriciens de l’ACS sont les travailleurs sociaux américains Steve De Shazer et Insoo KimBerg dans les années 1980. Ils l’ont utilisé aux Etats Unis pour des thérapies brèves, à l’origine pour aider les personnes à maîtriser leurs addictions puis plus globalement pour aider des personnes à surmonter des troubles comportementaux et émotionnels. Pourquoi brève ? Parce qu’il s’agit de construire dans le seul temps de l’entretien les solutions à mettre en œuvre. Les solutions sont co-construites dans l’échange par la mobilisation des ressources de la personne, les siennes et celles présentes dans son environnement immédiat. Le terme d’approche centrée solution (ACS) permet de rester focus sur l’esprit et surtout la posture de cette relation d’accompagnement. Cette manière d’entrer en relation considère les personnes comme expertes de leur propre situation et donc, comme expertes de la recherche de leurs solutions.

    La qualité d’écoute et l’art du questionnement orienté solutions

    La démarche d’accompagnement s’appuie sur une écoute particulière, une écoute centrée sur la personne plus que sur l’objet de la discussion. Cette écoute au-delà des mots, chère au psychologue humaniste Carl Rogers, se situe dans le moment présent, dans la perception fine de ce qui surgit, de ce qui est vécu.

    Cette écoute anime un échange qui s’organise autour d’un questionnement précis. Un questionnement orienté solutions qui vise à guider l’attention non sur l’intensité du problème mais sur la petite lumière qui encourage l’évolution.

    L’accompagnant cherche ainsi les braises sur lesquelles souffler :

    • Les exceptions, les moments où le problème n’est pas présent, ou moins présent.
    • La débrouillardise, les ressources mobilisées pour faire face malgré la difficulté.
    • L’échelle d’évaluation, une manière de prendre de la distance et de visualiser les possibilités de progression.
    • Le futur pour visualiser le moment où le problème n’existera plus.

    À Sémawé, nous intégrons cette approche pour accompagner des personnes. Elle nous semble également pertinente pour aider des équipes à dépasser des situations de tensions ou à traverser des transformations organisationnelles.

    Cette approche de l’accompagnement nous séduit. Chaque personne a toutes les ressources en elle pour suivre son chemin d’évolution. A nous de l’aider à l’éclairer. Avec humilité.

    À lire aussi .

    L’humanité de l’Holacracy par Brian Robertson

    L’humanité de l’Holacracy par Brian Robertson

    Lecture : 6 minutes S’il y a une critique de Holacracy que j’entends encore et encore, c’est à chaque fois une déclinaison de ce sujet : « Holacracy est trop rigide. Les gens ne sont pas des robots. C’est inhumain ! » C’est une idée fausse, mais je comprends d’où elle vient.